masque
Accueil >> Infos pratiques >> Environnement

Environnement

Les Montagnes du Jura : une nature à protéger

Paysage typique

Les forêts constituent la première richesse écologique du Massif, composées d'un mélange de résineux et de feuillus, elles sont propices à l'habitat de nombreuses espèces animales emblématiques comme le lynx, le chamois ou encore le grand tétras... 

Les tourbières et pelouses sèches sont également des milieux naturels traversés par les itinéraires nordiques durant l'hiver. D'autres espèces sensibles y ont élu domicile (gentianes, hermine, droséra, vipère péliade...) 

Parmi toutes ces espèces, le grand tétras bénéficie d'une protection particulière...

Le Groupe Tétras Jura

Le Groupe Tétras Jura est une association loi 1901 à but non lucratif. Elle a été créée en 1991 par un groupe de naturalistes, préoccupés par le sort des tétraonidés jurassiens, grand tétras et gélinotte des bois, en régression sur l'ensemble du massif (Ain, Jura, Doubs).

Elle rassemble des membres aux compétences multiples et sensibilités complémentaires. Le GTJ est ainsi devenu au fil des années un acteur incontournable de la protection des forêts du Haut Jura.

Le Grand Tétras

Grand Tétras ©GTJ

Ce gallinacé est typique des grands massifs forestiers d’altitude ayant conservé un caractère naturel. Il apprécie les forêts claires résineuses ou mixtes couvertes au sol d’herbacées, de myrtilles et de framboises. La principale menace qui pèse sur l’espèce est la dégradation et la fragmentation de son habitat. Le dérangement humain, en période hivernale et printanière, induit par le développement des activités sportives et de loisirs est une cause aggravante importante de la diminution de ses effectifs.

Le grand tétras est particulièrement sensible entre le 1er décembre et le 30 juin. Cette période couvre les deux saisons pendant lesquelles il a besoin du plus grand calme : l’hiver, lorsque les conditions météorologiques sont difficiles et qu’il s’alimente essentiellement d’aiguilles de sapin (une alimentation très pauvre en calories) et au printemps, lors des diverses étapes de la reproduction (parade, nidification et élevage des jeunes).

Les effets du dérangement sont multiples : utilisation de l'espace réduit, augmentation de la distance de fuite, baisse de réactivité face aux prédateurs, modification physiologique, parasitisme plus élevé des individus...

Des zones naturelles protégées

©Claude Le Pennec

Entre les années 70 et début 2000, les effectifs du grand tétras ont chuté de plus de 50% justifiant la création de zones naturelles protégées où les activités humaines sont réglementées : 4 Arrêtés Préfectoraux de Protection de Biotope et 1 Réserve Naturelle Nationale. Délimiter des zones où le grand tétras peut jouir de son habitat sans être dérangé est un moyen efficace pour conserver l’espèce.

Ces zones naturelles protégées visent à réglementer les activités sportives de pleine nature et la fréquentation une partie de l’année. Les aires de protection définies constituent des aires indispensables au maintien du niveau actuel des populations de grand tétras.

Plus d'infos sur le site Internet du GTJ.