La redevance comment ça marche ?

On entend beaucoup de choses sur la redevance… Elle fait l'objet de beaucoup de spéculations et de fausses informations...
Il est temps de donner quelques éclaircissements !

image

La redevance, d’où vient-elle ? 


La « redevance ski de fond » est née en 1985, dans le cadre de la Loi Montagne. Elle est devenue, en 2006, la « redevance nordique », et peut désormais s’appliquer à toutes les activités nordiques, à condition que ces dernières soient organisées.

C’est la seule source de revenu des sites nordiques. Elle est l’équivalent du forfait pour le ski de descente. La redevance nordique est la principale ressource des sites nordiques. 


Et des besoins en ressources, il y en a : damage, personnel d’accueil, sécurisation, aménagement des pistes, bâtiments, parkings…

Le prix d’une « redevance séance » en ski de fond varie, pour les adultes, entre 6€ et 9,50€ selon les sites nordiques. 
En fait, ce n’est pas la pratique elle-même qui est rendue payante, mais tous les services associés !


Si la redevance nordique rapporte en moyenne 2,4 millions d’euros aux gestionnaires de sites nordiques du massif du Jura, leur fonctionnement représente entre 3 et 3,5 millions d’euros de dépenses chaque hiver !

Le déficit est couvert par les impôts locaux… 


Alors oui, la redevance est indispensable aux sites nordiques, et non, les sites nordiques ne font pas de bénéfices sur le fonctionnement des sites nordiques.
Et l’une des principales dépenses…c’est le damage ! Entretenir 100km de pistes de ski de fond en style skating et classique nécessite près de 10h de travail, quotidiennement.

Une machine coûte plus 200 000€, et s’amortit sur 10 ans. 1h de damage coûte en moyenne 150€. Chacun pourra faire son calcul…

 

Et puis au fait, où va l’argent ?


Rien de plus simple : lorsque vous achetez un Pass, quel qu’il soit, 94,5% de l’argent reste sur le site nordique d’achat (y compris pour les Pass saison Montagnes du Jura distribué et mis en place par l’Espace Nordique Jurassien, y compris pour le Pass saison National).

Le site va alors l’utiliser pour l’entretien, la promotion, le développement, l’accueil sur le site nordique… L’acte d’achat de votre Pass saison n’est donc pas anodin.


Les 5,5% restant sont collecté par l’Espace Nordique Jurassien (ENJ), pour la réalisation de son plan d’actions mutualisé : coordination, animation, promotion et développement réalisés au profit des sites nordiques et de leurs pratiquants.
Le milieu sportif bénéficie aussi de la redevance ! Les sites nordiques ont toujours soutenu financièrement les acteurs du mouvement sportif, par l’intermédiaire de fonds issus de l’ENJ. Les initiatives comme Nordic Magazine, que vous lisez à cet instant, ont toujours été soutenues par l’ENJ, grâce à la redevance…


Trop cher pour les familles ? Depuis plusieurs années, les sites nordiques des Montagnes du Jura proposent une offre avantageuse pour les familles (pour les Pass saison comme pour les séances) : les Pass sont offerts à partir de la 4ème personne (limité à 3 pass offerts) ! De plus, les gestionnaires peuvent faire le choix d’aider les habitants de leurs collectivités à l’achat des Pass saison. Cela dépend de la politique sociale décidée localement.
Pensons-y ! La vocation de la redevance est de financer tous les frais liés à l’entretien et au développement des sites nordiques. Ne pas payer sa redevance lorsqu’on fait du ski de fond mettre en danger l’avenir de la pratique du ski de fond elle-même…

Plus d'infos sur cette offre par ici.

 

PASS BALADE : pourquoi l’accès aux itinéraires raquettes peut-il être payant ?


La redevance (ou le « Pass d’accès ») est mise en place pour couvrir les frais liés à l’activité : parking, salles de pique-nique, sanitaires, accueil par du personnel qualifié, secours en cas de problème, balisage et plan des pistes… 
Tous ces services sont identiques, que l’on soit à skis, à pieds, ou en raquettes à neige, d’où la mise en place à certains endroits d’un droit d’accès pour ces activités.


Bien sûr, l’accès à ces itinéraires coûte moins cher que pour le ski de fond (entre 2€ et 5€ selon les sites nordiques), puisque que le damage y est soit absent, soit moins régulier que pour les pistes de ski.


Lorsque ces pistes ne sont pas payantes, cela signifie simplement que les coûts de mise en place de ces activités est absorbé par les Pass achetés par les skieurs.


Vous l’aurez compris, ce ne sont pas les activités, mais les services associés qui sont rendus payants. La pratique hors-piste, sans services, reste libre (en respectant les règles liées à l’environnement !).